lundi 31 décembre 2012

Les séries télé de janvier


Le mois de janvier est, comme celui de septembre l'occasion pour les chaînes télé, de lancer de nouvelles séries ou de nouvelles saisons.
Ce mois de janvier ne déroge pas a la règle et pour le sériephile c'est l'occasion d'assouvir sa passion. La liste ci-dessous n'a pas vocation d'être exhaustive mais représente juste ce qui me fait envi ou horreur pour les prochaines semaines :



TF1
Unforgettable. À compter du 2 janvier et en raison de 3 épisodes par mercredi soir nous allons pouvoir suivre la nouvelle série avec Poppy Montgomery (FBI portés disparus). Elle y tient le rôle d'une enquêtrice dotée d'une mémoire absolue mise à part pour ce qui touche a son passé. À tester pour voir ce que cela donne.
Dr House. Dès le 8 janvier diffusion de la dernière saison de la série. La qualité à bien baissé depuis le début mais ce serait dommage de ne pas voir comment s'achève l'histoire.
Les experts Miami. Tout les samedis pour les amateurs de poseurs et de scénario à deux balles

F2
Rizzoli and isles. Série policières américaine racontant les enquêtes d'une inspectrice et d'une médecin légiste. La série prendra le relais de Castle dès la fin de la saison en cours.

F3
Mildred Pierce. Mini série en 5 parties de HBO diffusée dès le 6 janvier, racontant l'histoire d'une femme devant s'assumer après mis son mari a la porte dans l'Amérique des années 20. Le rôle titre est tenu par Kate Winsley et la série a reçu de multiples récompenses.
Jackson Brodie. Série policière de la BBC racontant les enquêtes d'un ancien flic reconverti en détective privé dans la ville d'Edimbourg en Écosse.

Canal +
Games of thrones. Diffusion à compter du 10 janvier de la géniale adaptation de la saga romanesque de George RR Martin. À ne manquer sous aucun prétexte.
Le vol des cicognes. Adaptation en deux téléfilms du roman de Grangé

M6
NCIS. Diffusion de la 10eme saison dès le 10 janvier. À réserver aux adeptes du masochisme ou nostalgiques de Derrik...
Supernatural. Pour les insomniaques la saison 6 est toujours diffusée dans la nuit du samedi au dimanche.

Arte
Whitechapel. Saison 3 de cette excellente mini série tout les jeudis soirs à compter du 10 janvier.

D8
The event. Diffusion à compter du 5 janvier de cette bonne série de SF racontant les répercussion d'un mystérieux événement sur l'humanité. Malheureusement, histoire de ne pas hurler à la mort dans quelques semaines il faut savoir que la série n'a eu qu'une saison et s'achève sur un méga cliffhanger jamais résolu...

NT1
Grimm. Diffusion a partir de du 11 janvier. Dans la lignée de Buffy ou Supernatural cette série suit les pas d'un chasseur de monstre descendant des fameux frères Grimm.
Alcatraz. Diffusion a partir du 12 janvier de la nouvelle série de JJAbrams annulée après une saison. Après avoir mystérieusement disparu lors de la fermeture de la prison en 1963, 302 gardiens et prisonniers réapparaissent de nos jours. Pourquoi et où étaient ils ?

Timeline


Parmi les jeux de société que j'aime bien figure aussi bien des gros jeux que des petits jeux. Pour moi le terme de petit jeu n'a rien de péjoratif. Il s'agit de jeux légers et rafraîchissants. Ils sont léger tant au niveau du poids (ici pas de boîte de 2kg) mais aussi léger en terme de règle. Ils sont rafraîchissant car ils permettent de se faire la main avant de démarrer une session intense de jeu ou pour faire une pause entre deux gros jeux. Ils présentent surtout l'avantage d'être des portes d'entrées pour initier de nouveaux joueurs car leurs règles peuvent s'expliquer en une poignée de minute et sont souvent malin et intelligent.
Fred Henry, créateur de Timeline, a tout a fait comprit ces différents points et nous livre avec cette gamme un très bon concept.

Ici la règle s'explique en 2 minutes chrono. Dans la boîte de base vous avez 110 cartes reprenant chacune une invention différente ayant été réalisé de la préhistoire à nos jours. Les cartes ont deux faces comportant la même illustration et le nom de l'invention mais sur l'une des deux faces figure la date de l'invention. En fonction du nombre de joueur, chaque participant va se voir remettre en début de partie de 4 à 6 cartes qu'il va placer devant lui en les plaçant la face avec la date cachée sans la consulter. Une première carte, prise sur le dessus de la pile de pioche, va être posée sur la table avec la face datée visible et va servir de point de départ de la ligne temporelle que l'on va créer. En effet, le but du jeu va être de se débarrasser de ses cartes en main en les posant avant ou après cette carte initiale puis au fil de la partie en les intercalant entre les cartes déjà posée de manière chronologique. À son tour un joueur va donc choisir une carte de sa main et va devoir deviner où elle se place par rapport aux cartes déjà posées. Si il devine correctement il la pose dans la ligne temporelle et a réussi à se débarrasser de la carte diminuant ainsi petit à petit le nombre de carte devant lui. Si il se trompe, il défausse la carte mal placée et en guise de malus doit repiocher une nouvelle carte de la pile de pioche qu'il place devant lui. Le gagnant est le joueur qui a la fin d'un tour de jeu est le seul a ne plus avoir de carte devant lui.

La règle est donc très simple et le jeu fait appel à la culture générale des joueurs ou a défaut à leur capacité de déduction ou à leur chance. Le jeu permet de jouer de 2 à 8 joueurs et avec une boîte on peut sans trop de problème enchaîner 5 à 10 parties avant que, les cartes revenants régulièrement, on finisse par mémoriser les dates. Pour éviter cette "usures" il existe trois boites supplémentaires de 110 cartes ayant pour thèmes les événements, les découvertes et pour la 3ème un mélange de différents thèmes. Les 3 boites sont indépendantes les unes des autres et peuvent se jouer sans la boîte de base. Mais surtout, elles peuvent être mélangées les unes avec les autres de manière à constituer une grosse pioche de 440 cartes multi thèmes assurant ainsi au jeu une durée de vie plus qu'honorable et évitant ainsi le retour rapide des cartes déjà vues.
Les quatre versions sont vendus en format petites boites métallique à environ 12€ chaque. Il existe également une version familiale du jeu reprenant une centaine de cartes multi thèmes dans un format de carte et de boîte plus grand et vendu avec un CD-ROM éducatif traitant des évènements et découvertes figurant sur les différentes cartes.
Pour les amateurs de Ibidules, il existe une application reprenant la boîte de base et permettant de jouer seul ou a plusieurs sur l'écran. À noter qu'en achat In Apps on peut retrouver, à 0,89€ chaque, les cartes des versions Timeline Découvertes et Evènements.
Bien que cela ne soit pas prévus dans les règles, le jeu est parfaitement jouable en solo. Pour cela j'ai repris un des deux modes solo proposés par l'Apps. La variante reprend les règles habituelles en tout point si ce n'est que jouant seul vous serez nécessairement le premier (et seul joueur) à finir sans cartes. Le challenge du jeu va donc être de se débarrasser de toutes ses cartes en faisant un minimum d'erreur voir même pas du tout. On place toujours une carte sur la table pour débuter la ligne temporelle et l'on pioche 5 cartes dates cachées. A chaque erreur on repioche toujours une nouvelle carte. Pour créer un challenge il suffit de se fixer un nombre d'erreur possible variable allant de zéro (difficile) à cinq (facile). La partie prend fin de deux façons  : soit vous vous débarrassez de toutes vos cartes sans dépasser le nombre d'erreurs autorisés et vous avez gagné, soit vous dépassez le nombre d'erreurs autorisés et vous avez perdus. Le travers du jeu solo est que en enchaînant les parties on fini par mémoriser certaines des dates des cartes ce qui donne un avantage certain pour y jouer en groupe après, néanmoins en mixant les 4 boîtes comme je le fais le challenge est plus corsé.
Au final un jeu très sympathique à jouer seul ou a plusieurs avec des débutants comme des joueurs chevronnés. Pour l'instant j'ai les quatre boites sorties en ma possession et j'achèterais sans hésiter les suivantes si il en sort d'autre.

dimanche 30 décembre 2012

Top 10 de Alan Moore



Imaginez une ville surréaliste et à l'architecture improbable construite dans les années 40 par des savants nazies se situant à la frontière de dimensions et réalités alternatives et qui depuis accueille une population exclusivement composée de super-êtres : méta-humains, extraterrestres, créatures extra-dimensionnelles, dieux, robots intelligents, etc... Tout ses habitants y possèdent un ou plusieurs super-pouvoirs et ce même les animaux. A Néopolis avoir des souris dans son appartement peu vite devenir un gros problème voir même une crise cosmique quand ces dernières ont une super force ou une vision thermique...
Quand tout le monde à des pouvoirs le curseur sur l'échelle de la normalité est difficile à placer, et l'extraordinaire devient l'ordinaire.
Dans cette série nous allons suivre le quotidien des policiers du commissariat du 10ème district de la ville de Néopolis plus connu sous le nom de Top 10. Ici, les agents ont également des super-pouvoirs afin de faire régner l'ordre mais contrairement aux autres comics de super-héros comme ceux de DC ou de Marvel ils ne sont que des super êtres noyés au milieu d'une foule.
Pour créer un tel univers il fallait l'imagination débordante du génie complètement barré de Alan Moore (Watchmen, V pour Vendetta, From Hell, La ligue des gentlemen extraordinaires, etc...). Pour mettre en image son scénario il s'adjoint ici les services de Gene Ha qui nous livre de superbes planches grouillant de détails et qui parviennent à faire ressentir l'aspect improbable et crade de cette ville. Chaque planche est un véritable rêve de geek. Ha se fait un malin plaisir de glisser en permanence des clins d'oeils à l'univers des super héros voir de la bande dessinée en générale. On prend son pied à chercher en fond de casse les détails cachés et encore je pense en avoir raté un paquet.
Urban Comics a sorti les 12 numéros de cette série début 2012 en deux volume "Bienvenue à Néopolis" et "La rue nous appartient". Cette série, parue aux Etats Unis entre 2000 et 2001, a connu à l'époque un jolie succès d'estime et a remporté l'Eisner Award de la meilleure série en 2001. Il y existe quelques suites sous forme de mini séries mais pour l'instant il n'y a pas eu d'annonce quand à leur adaptation en français par Urban Comics.
La structure narrative est assez originale et ressemble beaucoup pour ce qui connaissent à celle de la série télé "Hill Street Blues" des années 80. Il s'agit d'une série chorale, c'est à dire une série avec une multitude de personnages qui se croisent en permanence. Comme dans l'univers de la série TV on va suivre pendant 2 à 3 pages une équipe d'agent pour ensuite bifurquer sur une autre équipe et ainsi de suite. Chaque épisode couvre une journée de la vie du commissariat. On entre dans l'histoire et l'univers de Top 10 un peu paumé grâce à une nouvelle recrue qui intègre l'équipe au numéro 1. Dès le départ on va suivre plusieurs histoires et enquêtes qui vont se croiser et se rejoindre pour n'en former plus qu'une.
J'ai acheté ces deux albums plus par curiosité qu'autre chose sans vraiment y croire. Force est d'admettre que j'aurais vraiment regretté de passer à côté de cette série délirante à la fois pleine d'action, d'émotions, d'humour et de références geek. Ce n'est peut être pas une des oeuvre majeures de Moore mais il faut dire qu'avec tout ce qu'il a écris la concurrence est rude. Je ne saurais que la conseiller à tout amateur de bonnes histoires avec ou sans super héros.

samedi 29 décembre 2012

Space Hulk - Présentation


Quand j'ai créé ce blog il y a quelques semaines je disais que je voulais y parler entre autre d'une de mes passion pour les jeux de société et plus particulièrement de ceux auxquels j'aime bien jouer en solo. Space Hulk - Death angel est un de cela.

Tout d'abord petite présentation de l'univers.
A la base il y a Warhammer un jeu de figurine créé par l'éditeur anglais Games Workshop dans les années 80 qui reprend à sa sauce un univers médiéval fantastique assez violent et sombre (tout au moins bien plus que celui de A D&D de l’époque) prenant place sur une Terre alternative où tout le bestiaire habituel (nains, elfes, orcs, etc..) se fout allègrement sur la gueule avec la menace approchante des forces du chaos. La licence n’a jamais cessé d’exister et est toujours florissante de nos jours. On peut toujours jouer dans cet univers au jeu de figurines mais également au jeu de rôle, jeux vidéo et au jeu de deck building tout en lisant une foultitude de romans adaptés.
Dans la foulée, la licence a été déclinée dans une version futuriste avec Warhammer 40K faisant évoluer tous ce beau monde au 40ème millénaire. Les humains y sont devenus des fanatiques religieux répandant la bonne parole de l'Imperium et luttant toujours contre le chaos par le biais d’ordre de moines guerriers engoncés dans des super armures de combat les transformant en char d’assaut ambulant. Là encore la licence est adaptée en jeu de figurine, jeu de société (dont une variante de Talisman à venir), romans, jeux vidéo.

Parmi les déclinaisons de Warhammer 40K figure la sous licence Space Hulk, qui adapte cet univers avec une ambiance "Aliens le retour". D’antiques gigantesques vaisseaux, les Space Hulk, que l’on croyait perdus corps et biens au fin fond de l’espace refont surface. Loin d’être vide, ils ont été infestés par une race de créatures les Genestealers (sorte de clones colorés des Aliens) qui s’en servent comme vaisseaux de colonisation. Chaque fois qu’un de ces Space Hulk est repéré c’est une course contre la montre qui démarre pour les détruire avant qu’ils ne parviennent à atteindre l’espace humain.
Par contre au 40ème millénaire on ne brille pas par son intelligence, car plutôt que de faire exploser de loin ces Space-Hulk avec un bon vieux rayon de la mort ou tout autre arme de destruction massive, là on y va l’ancienne et à la mano. Des spaces marines en armures de combat partent en file indienne dans des couloirs étroits et bien sûr infesté de Genestealers à la recherche de points stratégiques afin de détruire les vaisseaux de l’intérieur.
Les Spaces marines sont de vrai petits chars d’assaut entre leurs armures et leurs armements mais en raison de la très faible largeur des couloirs ils avancent tel des escargots et ont beaucoup de mal à se tourner. De plus ils évoluent en petites sections de 4 à 10 soldats seulement. Les Genestealers de leurs côtés ne sont peut être pas super résistant mais compensent amplement ce défaut par leur nombre, leurs griffes (véritables ouvre boites pour les armures des Space Marines) et leur agressivité. Le jeu de figurine Space Hulk a connu plusieurs versions mais dans l'ensemble c'est toujours la même chose à savoir des tuiles permettant de créer des couloirs de vaisseaux et des figurines de space marines et de genestealers. Au fils des extensions et du développement de l'univers de nouvelles races ont fait leur apparition tel les Tyranides.
Le jeu de figurine a connu un énorme succès mérité mais à ma connaissance il n'est plus disponible à la vente. Pour ma part, bien qu'aimant cet univers je ne me voyais pas me lancer dans le jeu de figurine à cause de ma tendance à la collectionite aiguë. Je me suis donc rabattue sur la version jeu de carte dont je parlerais dans un de mes prochains messages.
En attendant, pour patienter deux vidéos :

vendredi 28 décembre 2012

Amazing Spider-Man 700

Comme j’en parlais dans un message précédent Marvel c’est lancé dans ce qu’ils appellent Marvel Now pour profiter avec un an de retard de l’effet dopant pour les ventes d’un pseudo relaunch à la DC,
C’est un relaunch sans en être un. En effet, ici pas de redémarrage à zéro des histoires. Les séries qui existent pour certaines depuis les années soixante voient simplement leur numérotation arrêtée pour repartir au numéro 1 avec un léger toilettage cosmétique. Les uniformes de certains personnages peuvent changer. La composition des groupes peut évoluer même si ce n’est la plupart du temps que pour mélanger les licences X-Men et Vengeurs après le peu passionnant AvX. On sent bien que très rapidement tout reviendra dans l'ordre et je ne donne pas plus de quelques années pour que les séries emblématiques reviennent à leur numérotation antérieure car ce n'est pas la première fois que l'on revient au numéro 1.

La série phare de Marvel, Amazing Spider-Man tire dans ce cadre sa révérence avec son numéro 700 après plus de 50 ans d'existence. Je ne spoilerais pas le final assez décevant et complètement aberrant  Il suffit de regarder sur le net pour trouver en 3O secondes le fin mot de l'histoire. Tout ce que je peux dire c'est que Marvel fait à mon gout une énorme erreur en achevant de torpiller ce personnage déjà bien mis à mal depuis Civil War par des scénaristes à la noix. Les amateurs pleurent encore des larmes de sang en pensant à One more day ou Brand new day. A la lecture du final de Amazing Spider-Man je pense qu'ils sont carrément allés se pendre. 

Le nouveau titre qui prend la suite dans le cadre de Marvel Now, Superior Spider-Man ne va qu'enfoncer le clou... 

Pour moi il s'agit là d'une très grosse erreur qui sera corrigé dans quelques mois car le choix prit ne pourra jamais être assumé sur la longueur surtout avec la perspective de films Spider-Man.

Si vous cherchez du bon comic de super-héros laissez tomber Marvel et essayez par exemple le génial Invincible. Kirkman y apporte un vent de fraîcheur au genre à la hauteur de ce qu'il a fait pour le comic de zombie avec The Walking Dead.

mercredi 26 décembre 2012

Halo 4 Forward unto dawn

Pour promouvoir la sortie de Halo 4, Microsoft a produit une web série en 5 parties se déroulant dans l'univers de son jeu et racontant l'histoire d'une jeune recrue indisciplinée dans un centre d'entrainement des ODST.
Même si je ne suis pas trop branché jeux vidéo sur console j'aime bien l'univers de Halo. Je ne pouvais qu'aimer se genre d'initiative d'autant plus que l'on sent qu'ils y ont mis les moyens.
Voilà donc les 2 premières parties de ce film de 90 minutes au total. Les trois dernières parties sont momentanément retirées du net en raison de la sortie d'un DVD aux USA. Elles devraient être de nouveau disponible prochainement et je ne manquerais pas de les mettre sur mon blog.

Enjoy !!


Pourquoi Marvel me gonfle...

Certaines fois je me demande pourquoi les comics Marvel me gonflent terriblement depuis pas mal d'année.
Viravong, dessinateur oeuvrant entre autre sur le site Comicblogs à fait un très bon dessin qui résume tout pour moi :


lundi 24 décembre 2012

Fables #2 : La Ferme des animaux

Petit rappel, dans Fables les personnages des contes de fée et des légendes existent réellement et vivent en secret sur Terre après avoir été chassé de leurs royaumes magiques par l'armée de l'Adversaire, un mystérieux ennemi. Plusieurs siècles après leur arrivée ils vivent maintenant répartis en deux communautés. Ceux ayant une apparence humaine ou pouvant en assumer une vivent à New York, les autres vivent à la Ferme, une immense propriété dans le nord de l'état.

Ici on est pas dans la série télé "Once upon a Time". L'ambiance est adulte même si le style graphique est féerique. On est plus proche des contes des origines (violent, malsain et pas toujours pour les enfants) que de la réécriture moderne gnangnan à la Disney. Blanche Neige, vice chef de la communauté des Fables, est brouillée avec sa sœur Rose Rouge depuis quelle l'a surprise en train de s'envoyer en l'air avec  son époux le Prince Charmant. Pinocchio se désespère d'être coincé dans le corps d'un enfant depuis des siècles car il rêve de se taper enfin des nanas. Le grand méchant loup, qui a une apparence humaine grâce à un sortilège, est devenu le shérif des Fables depuis la grande amnistie des crimes passés. Etc...

Dans le premier volume de la série nous avons suivi une enquête policière au sein de la communauté des
Fables de New York. Rose Rouge ayant disparue de façon inquiétante (appartement ravagé et maculé de son sang) les Fables ont cru à sa mort. Bigby Wolf a mené son enquête sous le contrôle de Blanche Neige pour au final découvrir que Rose Rouge était bien vivante. Elle avait monté une escroquerie avec la complicité de Jack de tout les tours afin d'extorquer une coquette somme d'argent au richissime Barbe Bleue contre la promesse d'un mariage. Redoutant le sort que ce dernier a l'habitude de réserver à ses épouses, elle a simulé sa mort pour ne pas avoir à assumer sa part du marché. Grâce à la sagacité de Wolf, la supercherie est dévoilée et comme personne n'a réellement été lésé, les coupables s'en sortent avec une peine de travaux généraux.

Le deuxième volume (épisodes 6 à 10 de la série) reprend l'histoire là où elle s'était arrêtée et va nous faire vivre une aventure dans l'autre repaire des Fables dans notre monde : la Ferme. Blanche Neige devant faire son inspection annuelle de la Ferme décide d'amener avec elle Rose Rouge histoire de lui apprendre le sens des responsabilités en guise de punition de ses actes du premier volume. Elles prennent avec elles également Colin, un des trois "petits" cochons qui s'était fait la malle de la Ferme précédemment. Une surprise les attend sur place car les pensionnaires, lassés de vivre en reclus coupés du monde depuis des siècles ont décidé de prendre les choses en main...

A la Ferme nous retrouvons certains des personnages non humains de nos contes et légendes mais aussi ceux plus récents des fables de La Fontaine ou de Kipling (le livre de la jungle). 
De part son titre et l'histoire contée, il est difficile de ne pas voir le parallèle évident avec le roman éponyme de Orwell publié en 1945 et racontant la révolte des animaux d'une ferme chassant les humains pour prendre le pouvoir à leur place.
À noter que le dessinateur des premiers épisodes, Medina, cède sa place définitivement à Buckingham pour le reste de la série. Personnellement j'avais tendance à préférer le premier au style plus doux et l'on sent un peu Buckingham se cherche un peu dans ce volume. Les choses s'amélioreront dans les volumes suivants.

Encore une très bonne histoire qui dépoussière les contes de fée. C'est très particulier et la fin va vous surprendre. Willingham, le scénariste arrive à réécrire adroitement l'univers des contes et légendes. Néanmoins, le ton et le traitement adopté (humour noir et violence) réserve cette série à un public averti et surtout pas aux enfants.

dimanche 23 décembre 2012

100 bullets #2 : Le marchand de glace

Imaginez, un mystérieux inconnu vous aborde et vous explique par A+B que si votre vie est devenue si merdique c'est à cause de machin ou machine qui a tout fait pour vous la pourrir sans que vous le sachiez. Cet homme, l'agent Grave, vous remet une mallette contenant les preuves de ses allégations, un flingue et un boite de 100 balles complètement intraçable. Il vous dit que si vous voulez vous vengez avec cette arme personne ne viendra vous demander de compte que ce soit les flics ou la mafia... Que feriez vous ? Un foutu massacre ou déclineriez vous poliment l'offre ? Voilà le dilemme auquel sont confronté les "héros" des histoires de 100 Bullets.

Dans le premier volume nous avons assisté à plusieurs histoires de vengeance finissant plus ou moins bien pour les candidats à la vengeance et on commençait à s'interroger sur les motivations peut être pas si altruiste de l'agent Grave.

Ce deuxième volume regroupe les numéros 6 à 10 de la série avec deux arcs de deux épisodes chacun séparés par un épisode interlude nous en apprenant un peu plus sur l'intrigue globale.

La première histoire "Petites arnaques, grosse semaine", nous conduit à suivre les pas de Chucky, un arnaqueur qui sort de prison après 7 ans suite à un accident de voiture où il a malencontreusement tué quelqu'un. L'agent Grave l'aborde pour lui démontrer qu'il n'était peut être pas responsable de l'accident... La trame de l'histoire est assez classique pour la série mais elle vaut surtout pour l'arrivée d'un nouveau personnage récurrent : Shepperd.

La deuxième histoire, "En comptant les Minutemen"  est elle beaucoup plus intéressante et lance l'aspect
mythologique de la série avec la trame qui va servir de fil rouge jusqu'au dernier numéro. On en apprend plus sur l'agent Grave et ses motivations réelles. On découvre qu'il a fait partie d'un mystérieux groupe de sept individus nommés les Minutemen au rôle et passé trouble qui ont été traqué et laissé pour mort par une organisation nommé le Thrust. Là encore un nouveau personnage récurrent fait son apparition, Lono. Dans mon précédent post sur le volume 1,  je vous disais qu'il fallait bien regarder le fond des cases. Et bien c'était ce Lono que l'on voyait en action en arrière plan du 5ème épisode.

Maintenant qu'une partie de l'intrigue est posée on regarde d'un autre œil le deuxième arc de ce volume "Le marchand de glaces" où l'on assiste à une nouvelle histoire de vengeance grâce à la mallette de l'agent Grave. Ici, Cole, un vendeur de glace ambulant qui trafique des cigarettes va t'être "invité" à venger la mort de sa grand mère mais très vite on va découvrir qu'il y à plus que cela en réalité.

100 bullets prends son rythme de croisière avec ce volume et l'on y découvre qu'au delà d'histoires de vengeance bien foutues et très sombres, une autre intrigue va nous être compté. A lire si vous aimez les ambiances à la Quentin Tarentino période Reservoir dogs ou Pulp Fiction.

samedi 22 décembre 2012

Le comic de la semaine #71

Le duo comic d'Arkham (très bonne boutique de comic du Vème arrondissement de Paris) nous présente une sélection des nouveaux titres du vrai/faux relaunch de Marvel : Marvel Now.
Je reste un peu sceptique sur ce redémarrage au numéro zéro de toutes ces séries tout en conservant toute l'antériorité des 5O ans d'existence.
Je ne suis pas sûr que le nouveau lecteur y trouve son compte. C'est nettement moins audacieux que les News 52 de DC d'il y a un peu plus d'un an où là tout ou presque avait été relauncher. A découvrir en VF d'ici à l'été 2013 chez Panini Comics.


"La dernière série avant la fin du monde" l'intégrale

Surfant sur la fin du monde annoncée pour hier le groupe de la GoldenMoustache a produit une petite web série fort sympathique diffusée tout au long du mois de décembre sur You Tube. Le septième et dernier épisode ayant été mis en ligne hier j'ai décidé de réunir les 7 parties sur mon blog.
J'aime beaucoup cette web série emplie de référence à la culture Geek, avec des guests et beaucoup d'humour.

Enjoy !!

La fin du monde est reportée à une date ultérieure...


Bien, il semblerait que la fin du monde n'est pas eu lieu hier.

Aux dernières nouvelles il semblerait que la Ligue des Destructeurs d'Humanité et de Mondes ait rencontré un problème d'organisation et que chaque membres ait pensé que c'était le collègue qui devait agir...
Résultat le grand Cthulhu n'a pas monté son radio réveil et dort toujours dans la cité de R'lyeh. 
La flotte de d'invasion de l'empire galactique reptilien a mal réglé son Tom-Tom et a tournée à droite au lieu de gauche à la nébuleuse d’Orion.
Les morts n'ont pas voulus marcher dans les rues.
Et la liste est longue...

Il ne nous reste plus qu'à sortir de nos abris et devoir reprendre notre petite vie quotidienne. 
Et merde moi qui pensais échapper à la corvée des cadeaux de Noel...

Où alors, rêvons un peu, et nous sommes tous mort, et comme dans Lost nous errons dans le purgatoire de nos souvenirs et actes manqués.

vendredi 21 décembre 2012

Mes podcast audio préférés


Dans le cadre de ma thématique Podcast, voici une liste des podcasts audio que j'écoute régulièrement dans différentes catégories.Ils sont tous tenus par des passionnés compétents.

Comics/BD :
Comicsblog : actualité hebdomadaire et dossiers thématiques
Comixity : émissions ComicsNews et ComicsWeekly sur l'actualité de la VO (attention aux spoilers réguliers...) et Comixity sur les sorties VF du mois
One eye club : émission bimensuelle sur la BD sous toutes ses formes : franco-belges, comics, manga, etc...

Culture geek :
Bazingcast : actualités geek, débats de société, culture, décryptages historiques
Kultur breakdown :  podcast abordant à la fois cinéma, séries TV, comics et bande dessinée en général, à un rythme mensuel
L'agence tout geek : très bon podcast par les anciens du quadratour sur l'actualité geek avec à chaque fois de gros dossiers thématiques avec des invités de prestige.
L'apéro du Capitaine : l'actualité tech, trash et décalée de la semaine avec beaucoup d'humour assez noir et trash.
La voix dans la tête : émission bimensuelle sur l'actualité culturelle et technologique
Les podcasts elbakin.net : podcast sur l'actualité de la littérature fantasy
Poli Geek : l'actualité politique vue au travers des yeux de geeks. La vision est plus de gauche que de droite.
Will&Co : cette émission hebdomadaire très sympathique et pleine d'humour traite de l'actualité geek de la semaine écoulée. À noter qu'elle est disponible aussi bien dans un flux audio que dans un flux vidéo.

Cinéma :
Satoorn : tout les quinze jours l'actualité et les avis sur les films du moment
Splitscreen : émission sur l'univers de la production cinématographique avec des news et des dossiers thématiques.

Jeux de société :
Boitecast : émission belge sut le jeux de société
La radio des jeux : actualité des jeux
Les dessous du troll : émission sur les jeux de rôle, plateau et de cartes
Par-delà les montagnes hallucinées : enregsitrements de scénarions et d'une campagne du jeux de rôle l'Appel de Chtulhu
Proxi-jeux : toutes l'actualité du jeux de société

Jeux vidéo :
Games in the pocket : tout les quinze jours l'actualité et les tests des applications de jeux vidéo sur les plateformes mobiles.
Les podcast de MO5.com : émission mensuelle sur le rétro gaming et la culture numérique.
Les podcasts de Gameblog : toutes l'actualité des jeux vidéo avec des dossiers thèmatiques

Musique :
Le Walter's Weekly Show : émission décalée sur la musique avec des petit dossiers sur les reprises ou les variantes de morceaux célèbres ou les sons originaux. À noter un petit feuilleton audio "la breluche dorée" qui est diffusée sur ce podcast.
Rock Aix-Press : tout les mois l'actualité musicale indépendante.
Série TV :
Season one : toute l'actualité de l'univers des séries de la semaine.

Technologie :
Appload : émission traitant de l'actualité et testant des Apps sous IOS, android et windows phone avec Patrick Beja, Cédric Bonnet (Geek inc), Jérôme Kenborg et Korben.
Le rendez-vous tech : actualité hightech de la quinzaine avec des dossiers thématiques.
RMC De quoi je me mail : toute les semaines toutes les nouveautés du multimédia et du Net. Infos pratiques, liens, exclusivités, invités amateurs ou professionnels et toute l'actualité du high-tech.

Downcast


Comme je le disais dans un de mes précédents post, je consomme du Podcast au kilomètre. Avec une trentaine de Podcast suivis sur une base régulière cela me fait au minimum une vingtaine d'heures de programmes audio et un quinzaine d'heures de vidéo à suivre et gérer par semaine.

Pour y parvenir j'ai testé toute une foule de solutions plus où moins satisfaisante. Mon objectif est de ne pas rater d'épisode, de récupérer les nouveautés dès leur sortie, de savoir où j'en suis de mes lectures aussi bien chez moi qu'à l'extérieur.
La solution que j'ai trouvé passe par la super Apps sous IOS Downcast. Même si elle peut paraître un peu compliquée avec une quantité impressionnante de paramétrages disponible, elle permet de gérer de façon super précise les podcast.
Résultat après quelques efforts l'application qui tourne à la fois sur mon Ipad et mon Ipod me permets de gérer aux petits oignons mes podcasts. Tout les matins à 6h00 puis les soirs à 20h00 elle télécharge les nouveaux podcasts et les insère automatiquement dans une liste de lecture dynamique par ordre chronologique de publication. Je peux régler de façon précise podcast par podcast la vitesse de lecture et leur volume sonore moyen.
Ces deux derniers critères sont super important pour moi. 
Certains podcasts sont enregistrés avec des niveaux sonores différents et de fait si l'on les place dans une même liste de lecture on peu passer son temps à baisser ou monter le son en permanence. Downcast permet ainsi de lisser le volume sonore moyen.
Pour arriver à écouter la masse de podcast téléchargé j'ai besoin d'une Apps qui me permette d'écouter en x1,5 ou x2. Avec l'habitude j'ai réussi à me faire au fait d'écouter ces émissions en accéléré. Si l'émission ne comporte pas de musique et si les animateurs ne parlent pas trop vite c'est tout à fait faisable. Downcast permet de gérer la vitesse de lecture podcast par podcast. Sans cette fonction je n'aurais pas le temps de tout faire...
Si on rajoute à cela le fait que chez moi je peux diffuser le son de l'application par Air Play sur ma Freebox et l'image sur l'Apple TV Downcast devient mon apps préférée.

Might and magic : Duel of the champions sur IOS



Ubisoft vient de sortir jeu de Deck Building sous IOS. Les blasés du fond de la classe diront à juste titre encore un de plus. Il faut dire que sous IOS il commence à en avoir une sacrée quantité. Celui ci ne brille pas  par son originalité. Il exploite l'univers de la licence Might and Magic qui est un univers de type fantasy.

Le jeu de base est gratuit et intégralement en français. Par contre prévoyais de faire chauffer la carte bleue pour acquérir les nouveaux decks. Les illustrations des cartes sont quand à elles pas mal du tout.
Reste à voir avec la pratique si il parvient à se distinguer de ses concurrents.

Au secours !!!! Le dévoreur de monde arrive !!!


Hero Corp va revenir !!!!!!

Au joie, au bonheur indicible !!!

Simon Astier vient d'annoncer sur Twitter que Hero Corp aurait bien une saison trois.
L'excellente série de super-héros déjantés semblait pourtant morte en enterrée depuis la diffusion de la saison deux en 2010.
Reste à voir sous quel délais on la verra revenir sur France 4.
Pour appel cette série raconte comment les super héros, après une guerre dévastatrice dans les années 80, sont allé se regrouper dans un petit village de la Lozère où ils coulent des jours heureux loin du monde qui les a oublié. La plupart d'entre eux ont perdus leurs super pouvoirs. Une mystérieuse organisation, la Hero Corp, semble surveiller tout ce petit monde dans l'ombre. L'arrivée de John va mettre le bazar dans cette petite communauté.
Même si les moyens techniques ne sont pas toujours au rendez vous les scénarios, des guest star, l'ambiance déjantée et l'humour ont fait de cette série française une série culte pour les amateurs.

Pour plus d'info sur la série et son univers je vous conseil le site officiel de la série.

Kill your television !!!



Ces dernières années j'ai pour ainsi dire tourné le dos aux émissions de télé. 
La langue de bois, les intérêts économiques, le copinage, et censure ambiante font que toutes ces émissions m'ennuies prodigieusement. Elles passent leur temps à vous gaver d'une bouillie institutionnelle et uniformisée.
On va vous vendre comme un chef d'oeuvre telle ou telle bouse parce que la chaîne est partenaire du film.
On va oublier de vous prévenir que tel objet ou service est une escroquerie pour ne pas froisser un annonceur.
Si on vous parle de jeux vidéo ou de bande dessinées par exemple ce sera pour le faire sur un ton infantilisant et avec moquerie par des gens ne connaissant pas le sujet. 
Je ne supporte pas toutes ces émissions de télé réalité qui encombrent l'antenne avec des apprentis vedettes prêt à se mettre une plume dans le cul histoire de pouvoir passer à la TV et avoir leurs deux minutes de célébrité...
J'en ai marre de ces actualités uniformisées. Amusez vous par exemple à zapper à 20 heures entre TF1 et F2 et vous verrez exactement les mêmes sujets avec les mêmes images et le même traitement. Que dire en plus sur le physique des animateurs, la plupart sont des clones de Ken et Barbie...
Résultat, je ne me sers plus de ma télé que pour voir des films, séries et documentaires ou me servir de moniteur grand format pour mon portable.

J'ai trouvé sur la net ma planche de salut par la biais d'une multitude de web émissions podcasts audio ou vidéo. Peu importe le sujet qui vous passionne vous trouverez un ou plusieurs podcasts parlant de ce sujet. Si en plus l'anglais n'est pas un problème pour vous ce sont des dizaine voir des centaines de podcasts qui s'offrent à vous.

Personnellement, j'ai une playlist d'une trentaine de podcast et web émission que je suis sur une base régulière. Dans les transports en commun je m'écoute les podcasts audio et de retour chez moi j'attaque ceux en vidéo et les web émission. En moyenne je dois écouter aux alentours de 20/30 heures et voir 10/20 heures de programmes par semaine.

Dans les prochains jours je vais parler de ces différentes émissions que je suis sur le web.


mercredi 19 décembre 2012

Nouveautés Apps jeux de société


Quelques nouveautés dans les Apps de jeux de société sous IOS.


Tout d'abord une bonne surprise un peu inattendue avec la sortie aujourd'hui de D-Day Dice. Là où certains éditeurs annoncent leur sorties entre un an et six mois à l'avance celle ci débarque sans prévenir, ce qui semble adapté pour le sujet abordé. Cette Apps est l'adaptation du jeu éponyme sortie cette année. Ce jeu propose de vous faire revivre le débarquement des alliés du 6 juin 1944 en Normandie. Il s'agit essentiellement d'un jeu de type Yathzee où vous allez devoir lancer des brouettes de dé de façon à obtenir des combinaisons sur des dés spéciaux afin de faire progresser vos troupes de la plage où elles viennent de débarquer jusqu'à l'objectif final généralement un Bunker allemand. Le jeu est vendu avec plusieurs plateaux de jeu de difficultés croissantes représentant 8 sites emblématique du débarquement. C'est un jeu coopératif pour 1 à 4 joueurs mais qui à mon humble avis est bien plus intéressant en solo. L'apps reprend ce jeu en ne retenant à priori que le mode solo. A l'origine D-Day Dice est sortie en version gratuite à s'imprimer soit même (on peut toujours le trouver ici) puis après avoir été primé à deux concours il est sortie en version boite. Vous trouverez une vidéo présentant la version boite du jeu.
Edit : le jeu à été retiré de l'apps store a peine sortie. Il semblerait qu'il s'agissait d'une erreur de diffusion  d'apple car c'est une version super bugguée qui a été mise en ligne. Je posterais un message dès qu'elle sera à nouveau disponible dans une version fonctionnant.

Au registre des sorties, d'Apps Playdek vient de sortir Penny Arcade the Game : Gamers Vs Evil. Il s'agit d'un jeu de deck building reprenant l'univers d'un web comics que je ne connais pas personnellement mais qui semble relativement célèbre. Les premiers retour que je vois sur le web semblent positif et peut être vais je me laisser tenter mais il faut dire qu'il commence à il y avoir une pelleté de jeux de deck building sur IOS et c'est difficile de tous les essayer. Déception tout de même dans mon cas, car j'avais effectivement vu que Playdeck s’apprêtait à sortir un nouveau jeu et naïvement j’espérais que c'était enfin la sortie moult fois annoncée et sans cesse repoussée d'Agricola... Il semblerait néanmoins que la sortie d'Agricola se rapproche car Playdek a fait un appel à candidat pour trouver des béta testeurs pour la future Apps.

A signaler la sortie de For the win qui est un jeu de stratégie abstrait où jusqu'à quatre joueurs différents font chercher à connecter cinq de leur pièces avec une de chaque de type (les joueurs ayant des tuiles ninja, alien, zombie, pirate et singes). Chaque type de tuile a des capacités spéciales pouvant être utilisées.  Par exemple, la tuile ninja peut se déplacer de son emplacement vers n'importe quel point non occupé du plateau. Cependant, utiliser l'action spéciale d'une tuile, nécessite de l'activer et une fois activé elle ne peut plus être utilisé comme une des 5 pièces dont vous avez besoin pour gagner. Mon explication est un peu confuse et je pense qu'il me faut quelques parties supplémentaires pour maîtriser le jeu. A noter que l'Apps n'est pas universelle et est pour l'instant destiné qu'au Iphone et doit passer par l'affichage x2 sur Ipad.


Carcassonne se voit rajouter en achat in-apps l'extension Traders & Builders (ou Marchands et Bâtisseurs en français). Cette extension vient rejoindre les deux précédentes extensions déjà sorties The River (la rivière) et Inns & Cathedrals (Auberges et Cathédrales). Cette extension introduit comme dans la version boite de nouvelles tuiles ainsi que les pions bâtisseurs et cochons. Pour 1,99 € cela permet de renouveler le jeu en introduisant de nouvelles stratégies. A réserver tout de même aux amoureux du jeu de base.

Aujourd'hui, on peut trouver sur l'Apps Store une version d'essai de Solforge qui s'annonce comme un très bon Deck Building par les créateurs de Magic The Gathering. Je n'ai pas encore pu la tester mais j'en reparle bientôt.

Pour finir pour les amateurs de Deck Building sur IOS les jeux Spellcraft et Cabals viennent de passer en version 2.0 suite à une mise à jour introduisant de nouveaux decks et diverses améliorations.

Le père Noel passe avant l'heure décidément.


mardi 18 décembre 2012

1 0 0 0


Il est bluffé le Capitaine Némo.
Lui qui pensait intéresser ses parents et éventuellement un ou deux amis qui seraient venus par politesse voir une ou deux pages...
Dans mes rêves les plus fou j'imaginais faire 50 pages lues au maximum d'ici à la fin de l'année.
Arriver à 1 000 pages lues c'était inespéré et je dirais inespérable.
D'autant plus que ceci est arriver très vite.
J'ai ouvert ce blog le 11 novembre dernier.
J'ai ensuite atteins les 500 pages lues le 30 novembre.
Et aujourd'hui j'en suis à 1 000...
Soit 1 000 pages en 48 jours ce qui fait en moyenne 20 pages par jour.
Après 68 articles écris je n'ai qu'une envie : continuer !

Et comme dit le célèbre aventurier spatial :
"Vers l'infini et au delà !!!"

lundi 17 décembre 2012

Walking Dead le magazine


Avis aux amateurs de Morts qui marchent, Delcourt vient d'annoncer qu'ils ont obtenu les droits pour la version française de "Walking Dead le magazine officiel".

Comme vous vous doutez le magazine ne traitera pas de l'univers des Pokemons mais de Walking Dead sous tout ses aspects. Il devrait il y avoir des BD inédites. Par contre j'espère que la série télé n'y prendra pas trop de place.

Pour savoir plus rendez-vous le 30 janvier prochain.

Le Hobbit


J'en ai profité d'être en vacance pour aller voir Le Hobbit.

Le moins que je puisse dire, c'est que ce film je l'attendais autant que je le redoutais.

Je l'attendais car après presque 9 ans, cela fait toujours du bien de remettre les pieds dans les Terres du Milieux. Le fait que Peter Jackson reprenne les rênes est un gage de qualité car après ce qu'il a fait avec la trilogie du Seigneur des anneaux on se doute qu'il ne peut pas se planter avec le Hobbit.

Je le redoutais pourtant car pour avoir lu il y a un bail le roman je doutais un peu que le ton plus enfantin puisse être raccord avec la trilogie initiale. J'étais également super sceptique sur l'intérêt d'en faire une trilogie de trois fois trois heures car pour moi l'histoire de base peut tout à fait être raconté en un seul film de trois heures. Il faut dire que l'on passe d'un roman de 1 500 pages à un récit de 300 pages.

Dans tout les cas de figure je ne pouvais pas passer à côté de ce film.
Au final, après trois heures, force est d'admettre que le pari est gagné et haut la main même.
Cela fait super plaisir de retrouver cet univers merveilleux. On a un peu l'impression de retrouver de vieux amis que l'on aurait pas vu depuis plusieurs années. Peter Jackson avait déjà réussi de faire une adaptation parfaite du Seigneur des anneaux en parvenant à convaincre aussi bien les passionnés de Tolkien que les néophytes. Avec le Hobbit il parvient sans peine à retrouver la magie de Tolkien. Esthétiquement c'est un pur bonheur pour les yeux. Les décors naturels de la Nouvelle Zélande et les décors artificiels sont de toutes beautés.
Pour ce qui est de l'histoire et de mon inquiétude quand à la durée Peter Jackson a également réussi son pari. L'histoire a pas mal été retravaillé. Certaines intrigues brèves dans le roman prennent ici de l'ampleur. Des évènements justes évoqués deviennent ici partie prenante de l'histoire. Des personnages et des flash-back sont introduis. De même le Hobbit étant adapté après le Seigneur des anneaux alors qu'ils ont été publié dans l'autre sens, Peter Jackson s'amuse à créer des passerelles entre les films grâce à des apparitions d'acteurs de la première trilogie.

Au final un très bon moment même si certaine fois la volonté de faire du grand spectacle peut conduire à des scènes un peu trop exagérées. On pourra également regretter un rythme très lent dans la première demie heure avant que l'histoire s'emballe sans jamais ralentir ensuite.
Pour ce qui est du choix d'une trilogie, il faut dire que cela marche bien. Le fait de développer des intrigues originales permet de nous conduire jusqu'à la moitié du roman à l'issue de ce premier film. D'après ce que j'ai pu lire le deuxième film devrait achever de raconter l'histoire du Hobbit et le troisième ferait une transition entre les deux trilogies.
Par contre la 3D est encore une fois inutile. Pour ce  qui est de la technologie des 48 images/secondes créée par James Cameron et pour la première fois utilisée ici je ne peux rien dire car seule quelques salles en France l'utilise mais pas celle où j'étais.
J'ai vraiment beaucoup aimé ce film et je sais maintenant que j'irais voir les deux prochains sans l'ombre d'une hésitation.

Météo de la semaine...


Je viens de jeter un coup d'oeil à la météo de la semaine. Et bien il faut croire que vendredi va être un peu houleux et c'est marrant ils ne parlent pas du weekend...
Je crois que je vais refaire le plein du Nautilus au cas où et vérifier le stock de provision.

dimanche 16 décembre 2012

Les résultats des Tric Trac d'Or 2012 sont tombés...


Et le vainqueur est Myrmes !!!
Encore un super jeu que nous a offert Ystari. C'est une très bonne surprise d'autant plus que Myrmes n'est sorti il n'y a que quelques semaines. Il a néanmoins réussi par ses qualité à ravir le cœur de joueurs de Tric Trac.
Il rejoint de fait d'autres grands classiques récompensés dès leur sortie comme 7 Wonders, Agricola ou Smallworld.
Les Tric Trac d'argent et de bronze vont respectivement à Trajan et Descendance qui sont également de très bon jeux même si je les apprécie un peu moins.
Personnellement mon tiercé pour cette année était Sherlock Holmes détective conseil, Season  et Myrmes.
Mais au final les dix jeux sélectionnés étaient tous très bon et la moitié figurent dans ma ludothèque.

Le classement final est donc :
1 - Myrmes
2 - Trajan
3 - Descendance
4 - Archipelago
5 - Eclypse
6 - Sherlock Holmes Detective Conseil
7 - Season
8 - Tournay
9 - Takenoko
10 - Noé

Mon seul regret avec ce prix est que la communauté Tric Trac est un peu trop concentrée sur le jeu de gestion avec cube en bois et que tout ce qui est americatrash ou jeu d'ambiance comme strike passe à la trappe.

Celui qui se cherchait des modèles dans les séries TV

Beaucoup d'entre vous ne savent pas ce qu'est le syndrome d'asperger pourtant sans le savoir vous suivez les aventures de certains de mes semblables à travers les séries télés depuis plusieurs années. En effet, sans le dire ouvertement, les scénaristes glissent des personnalités aspergers dans des seconds voir même des premiers rôles.
Selon les séries ils peuvent être des personnages humoristiques, tragiques ou inquiétants. Ils intriguent par leur vision décalé de la société et leurs capacités d'analyses exceptionnelles. Dans la quasi totalité des cas ils se voient affliger de troubles obsessionnels, de névroses diverses et variées et sont souvent au bord du gouffre psychologiquement parlant.
Tantôt il peuvent être marrant (souvent à leur dépend), odieux ou détachés avec les autres mais dans tout les cas ou presque ce sont des génies ou tout au moins des individus avec une capacité d'analyse hors du communs.

Les marrants :
Le premier qui me vient à l'esprit, et ce même si cela peut surprendre, c'est Mister Bean. Je retrouve dans ce personnage de clown triste et un peu méchant beaucoup de travers propres aux aspies. Il vit dans son monde sans vraiment comprendre ce qui l'entoure. Il trouve des solutions décalées et risibles aux problèmes qu'il rencontre. Il ne parvient pas à être en phase avec ceux qui l'entourent et fait preuve d'une naïveté quasi enfantine.
Je citerais deux autres exemples de personnages plus moderne avec Sheldon Cooper de Big Bang Theory et Abed Nadir de Community. Sheldon Cooper est un génie hautain imbu de sa personne et persuadé d'avoir toujours raison. Abed Nadir est un personnage plus autistique assez touchant dans sa naïveté et sa crédulité.
Pour l'instant, le reproche que je ferais est que l'on rie des personnages et non pas avec eux.

Les enquéteurs :
C'est la catégorie la plus fournie. 
Historiquement je la ferais remonter à Sherlock Holmes qui clairement était un modèle de personnalité asperger avant l'heure. Conan Doyle a créé un personnage totalement décalés avant même que le docteur Hans Asperger ne mette en évidence le syndrome. Si vous en doutez lisez donc une ou deux des enquêtes du personnage ou regardez un épisode de l’excellent remake moderne de la BBC.
Les séries américaines sont bourrées de personnalités aspergers. Pour n'en citer que quelques unes je dirais :
- Spencer Reid dans Esprits criminels
- Temperance Brenam dans Bones
- Gil Grissom dans Les experts
- Robert Goren dans New York Section Criminelle
Même la télévision française s'y est mise avec le personnage de Chloé Saint-Laurent dans la série Profilage sur TF1.
On peut également mettre dans cette catégorie le personnage de Gregory House dans la série éponyme. Même s'il s'agit d'histoires médicales le parallèle avec une enquête criminelle est réel. Clairement le personnage de House ne comprend pas ses semblables et ne comprend pas qu'ils puissent s’intéresser à lui. Il mets à nue leurs âmes, leurs secrets et faiblesses et par provocation s'en sert pour les faire souffrir et les faire partir.
Ces personnages sont pour ainsi dire tous basés sur le même modèle ou presque : ils ont un esprit d'analyse extraordinaire, ils peuvent lire les recoins cachés de l'âme humaine mais sont incapable de comprendre leurs proches au quotidien ou des concepts évident pour les autres, ils vivent repliés sur eux même en quasi ermite en faisant fuir ceux qui veulent les aider et surtout ils sont à la limite du point rupture en permanence.
Dans ces séries le mot asperger n'est jamais prononcé mais pour un aspie il est facile de voir quand on créé un personnage basé sur son problème.

Les psychopathes :
La liste est longue, très longue. Il faut dire que le modèle du syndrome d'asperger permet de créer des personnalités inquiétantes de parfait psychopathe.
Personnellement j'en retiendrais deux.
La première est moins connue même si je l'ai trouvé excellente. Il s'agit du personnage d'Alice Morgan dans la superbe série policière anglaise Luther. Cette série est peu connue en France car ses 10 épisodes n'ont été diffusé en France que sur Canal + en début d'année. Le héros, Luther (incarné à l'écran par Idris Elba) est un inspecteur qui croise le chemin d'une femme tueuse en série qu'il va laisser partir sans l'arrêter et avec qui il va entretenir une relation trouble. Alice, dans cette série, est pour moi clairement une personnalité asperger qui va mettre à profit ses capacités exceptionnelles d'analyses et intellectuelles pour commettre des crimes. Pour elle les meurtres ne sont que des défis intellectuels dont elle s'amuse. Elle n'a pas de tabous et peut commettre des crimes tout naturellement sans saisir l'aspect amoral de la chose.

Le deuxième est lui plus médiatique, et aussi plus américain dans son traitement, à savoir Dexter. Là encore nous avons affaire à un serial killer dépourvu ou presque d'émotion qui joue à faire semblant afin de paraître normal aux yeux des autres. Ici la série dure depuis plus longtemps ce qui a permis de développer le personnage sur la longueur. J'adore réellement ce personnage dans le quel je m'identifie totalement ou presque (la partie meurtre en moins). J'aime ses monologues et ses réflexion sur la société qui l'entoure. Comme tout bon asperger il a son centre d'intérêt décalé à savoir le meurtre sanglant de serial killer dont il aime conserver pour chacun en guise de trophées une unique goutte de sang sur une lamelle en verre. Au fils de la série et des saisons il arrive à perfectionner sa "machine à faire semblant" jusqu'à paraître plus normal qu'un normal...

Il y a également un personnage qui pour moi est un modèle personnalité asperger à savoir Spock dans la série Star Trek. Ici ce n'est pas seulement un personnage qui présente des traits de caractères aspies mais carrément une civilisation avec les vulcains. Là encore je pense que Gene Rodenberry le créateur de la série n'avait pas connaissance du syndrome quand il a créé ce personnage à la fin des années 60 mais les parallèles sont nombreux. Ce qui est le plus frappant pour moi en ma qualité d'aspie, c'est qu'ici Spock n'est pas un personnage unique mais au contraire juste un représentant d'une vrai communauté même si la plupart du temps il évolue comme unique vulcain à bord de l'entreprise.

Comme pour tout ce qui passe à la télé, il ne faut pas prendre cette vision du syndrome pour une vérité absolue. Si ces différents personnages compilent des traits de caractères propres aux aspies, ils ne sont que des personnages fantasmés et passés au travers de la lunette déformante des scénaristes neurothypiques.

Il est néanmoins troublant pour moi de trouver autant de semblable à la télé. Je ne me retrouve pas en tous mais certains me touchent beaucoup : House, Dexter, Morgan, Bean ou Holmes.

Celui qui en avait marre des amalgames


Depuis un peu plus d'un mois que j'ai ouvert ce blog  je n'ai fait que parler de mes coups de cœur. Je vais ici exprimer mon premier coup de gueule.
Le syndrome d'asperger est peu ou pas connu en France du grand public.
Ces derniers jours le syndrome est malheureusement évoqué dans la presse par le biais du jeune homme qui a perpétré un massacre dans la ville américaine de Newtown.
Il semblerait en effet que ce criminel était entre autre atteint de ce syndrome.
Peut être buvait il également régulièrement du coca cola ou avait des hémorroïdes mais en tout cas c'est son statut d'autiste asperger qui est le plus évoqué comme explication.
Il faut dire que son acte abject est inexcusable et incompréhensible mais faut il pour autant céder aux raccourcis faciles ?
Ne faudrait il pas plutôt chercher une explication dans une société prônant la violence comme modèle et solution à tous les problèmes et où les criminels sont portés aux nues ?
Et que dire d'une nation où il est plus simple de s'acheter un fusil d'assaut automatique qu'un pack de bière et où on vend dans les supermarchés des fusils de snipers rose barbie pour les filles...
Les journaux, pour illustrer le sujet, ont interviewé des spécialistes du syndrome mais on voit bien qu'ils n'ont retenu au final que les 10 secondes où ils ont réussi à faire dire à l'intéressé qu'un aspie n'éprouve pas d'émotions, n'a pas de tabous et est capable de tout...
Je pense que beaucoup de ces spécialistes ont du être bien amère en voyant leur propos travestis ou tronqués.
Je suis atteins du syndrome d'asperger depuis ma naissance. Je n'ai jamais fais de mal à qui que ce soit ou tout au moins jamais intentionnellement. Je n'ai aucune arme et n'en veux aucune. Je n'exprime peut être pas comme vous mes émotions ou mes sentiments et j'affectionne ma solitude.  Mais je ne suis pas pour autant un criminel ou un psychopathe en puissance. Je suis juste quelqu'un de différent qui essaie de vivre comme il peut dans une société qu'il ne comprend pas vraiment et qui ne le comprend pas vraiment en retour.

Ça c'est bien vrai...

De temps en temps je trouve une pensée qui botte bien. Elle s'accompagne en plus du sourire du chat du Cheshire ne gâche rien. 
En français cela dit : "l’imagination est la seule arme dans la guerre contre la réalité".
Personnellement je trouve la réalité d'un triste. Il suffit de sortir de chez soi ou d'allumer la télé pour être agressé par la réalité.
Résultat je trouve mon réconfort dans mon imagination et celle d'autres rêveurs. Après on s'étonne que les livres sont mes seuls vrais amis...

samedi 15 décembre 2012

The Boys 2 - Prends ça


Petit rappel des évènements intervenus dans le tome 1 (attention spoilers).
Les Boys sont de retour et ils sont bien décidé à faire la police dans le milieu des super héros particulièrement indignes et déviants de cet univers. Afin de compléter son équipe Butcher, chef des Boys, a recruté P'tit Hughie dont la fiancée à été tué accidentellement par un super héros irresponsable au cours d'un combat. P'tit Hughie c'est vu injecter le composé V afin d'acquérir provisoirement des super-pouvoirs et  jouer à armes égales avec les supers. Histoire de montrer qu'ils sont revenus aux affaires les Boys décident de foutre le bordel chez les Jeunes Teignes (l'équivalent local des Teens Titans) dont les dépravations atteignent des sommets. Après avoir mis à mal les Jeunes Teignes ces derniers décident de se venger pensant avoir affaire à de simple nuisible normaux. Les Boys leur mettent une splendide dérouillée et au cours du combat P'tit Hughie maîtrisant mal ses nouveaux pouvoirs tue malencontreusement une des Jeunes Teignes, le Bonimenteur. Pour anecdote, ce super cachait un Hamster dans son rectum... En parallèle, nous avons suivi l'arrivée de la jeune et naïve Stella au sein des Sept (l'équivalent de la ligue de justice) où elle découvre avec horreur qu'elle n'a pas gagné sa place que pour ses pouvoirs et qu'elle va devoir accorder ses faveurs à tous les membres masculins de l'équipe... P'tit Hughie et Stella se sont rencontré sans connaître leurs identités secrètes respective et ont trouvé ensemble un réconfort dans ce mode de dingue. Enfin Butcher explique à P'tit Hughie qu'il tire sa motivation de son désir de vengeance contre un des Sept qui a violé sa femme qui en est morte...
Quand je dis que cette série est un vrai petit bijoux trash et plein d'humour noir...

Ce deuxième volume de la série reprend les épisodes 7 à 10 de la série qui composent l'arc "Prends ça".
Dans ce TPB nous allons suivre deux histoires qui vont s'entrecroiser.
Tout d'abord nous allons assister à la déchéance du Tek-Paladin qui est mix entre un Batman et un Iron Man. Ce super-héros, membre des revengeurs, se retrouve affligé de pulsions sexuelles irrésistible. Tout l'excite : ses partenaires des revengeurs, son jeune side kick, un chinchilla, le pot d'échappement de la Tek-mobile, un gobelet de café, etc...
La deuxième histoire va conduire les Boys a enquêter sur la mort d'un jeune homme.
Ils sont mis sur l'affaire par la "Légende" un mystérieux vieillard vivant dans la cave d'un comic shop. Dans cet  univers où les super héros existent vraiment les comics sont des sortes de bulletin d'information racontant les exploits des "héros" de façon aseptisé et sous contrôle de la Vought American (mystérieuse société contrôlant la substance V qui donne les pouvoirs). La Légende collectionne tous les comics pour se créer une immense source d'information sur les super slips. Les Boys vont être amené à enquêter dans les milieux gay car la victime a vraisemblablement été tué par un super-slip dans le cadre d'un acte homophobe.

Dans ce volume on retrouve toute la délicatesse, le tact, le politiquement correcte et le sérieux qui caractérise cette série familiale... Ou c'est peut être tout l'inverse...
En tout cas un bon moment de poilade loin des comics de super héros coincés et aseptisés de la Marvel ou de DC.

jeudi 13 décembre 2012

B.A. de "Jack le chasseur de géants"

Décidément Hollywood veut nous faire rêver en cette fin d'année avec une débauche de bande annonce.
La dernière en date est celle de "Jack chasseur de géants" le prochain film de Brian Synger qui revisite la célèbre légende.


Le jeu de carte Fluxx est sorti sur IOS


Le jeu de carte Fluxx vient de sortir sur Ipad aujourd'hui.
Il s'agit d'un petit jeu de carte de type ambiance avec des parties courtes de 10/15 minutes environs.
A ma connaissance il n'est jamais sorti en France en version physique.
Aux USA on peut le trouver en version de base comme dans des adaptations thématiques (Cthhlhu, Monty Python, Martians, SF,...).
Les règles sont très simple et évoluent au fil de la partie. Au départ on prend une main de 3 cartes et à son tour on va poser une carte et en tirer une autre. La carte posée peut définir une condition de victoire provisoire s'appliquant à tout les joueurs tant que personne n'en définie d'autre. Il peut aussi s'agir d'une carte modifiant les règles (nombres de cartes à poser ou à piocher par exemple).
Une partie suffit pour comprendre les règles. A noter que l'application est intégralement en français. Ce n'est certes pas le jeu du siècle mais cela reste agréable à jouer.
Vous trouverez ci-dessous deux vidéos en anglais. La première est une petite présentation le jeu réel  et l'Apps.

La deuxième est une vidéo de Table Top montrant une partie avec la version SF du jeu.

 

B.A. de Pacific Rim

Après le court trailer où l'on ne voyait rien voici la bande annonce de Pacific Rim !!!
Cela à l'air d'envoyer du lourd avec du combat de robot géant contre de vilains monstres extraterrestres.
Le capitaine Némo va devoir retrouver son manuel de "Construire son robot de combat géant pour les nuls" afin de faire quelques améliorations au Nautilus.